Période cyclonique et construction moderne en Guadeloupe, Martinique et La Réunion (2019)

L’ouragan est un enchainement de plusieurs phénomènes impliquant l’eau, l’air et les nuages.

Il est souvent responsable de pertes matérielles et en premier lieu les constructions de maisons individuelles.

Lors de cette tempête, des vents puissants de déchainent et des pluies torrentielles s’abattent sur les terres.

Ce phénomène est également appelé cyclone tropical. On le nomme Ouragan dans les Antilles et typhon dans le pacifique ouest.

  • Quelles sont les causes des cyclones ?

Les cyclones apparaissent souvent dans les zones tropicales. Jusqu’à présent, le mécanisme qui déclenche un ouragan reste assez mystérieux.

Au départ, une petite perturbation de l’air crée une aspiration, de l’air chaud s’élève en laissant place à des masses d’air plus froid. Des masses de nuages se forment et s’enroulent autour de l’œil du cyclone.

L’ouragan aspire l’eau chaude de l’océan qui se transforment en vapeur d’eau avant de se déverser en pluie violente quand il atteint les cotes.

Au-dessus des terres, l’air est moins chaud, alors le vent ralenti et les pluies s’affaiblissent. Les cyclones provoquent souvent d’énormes dégâts : bâtiments détruits, inondations, routes engloutis, habitants blessés ou même morts…

L’intensité des cyclones tropicaux en Guadeloupe, Martinique et à La Réunion est évalué selon l’échelle de Saffir-Simpson (cyclone de catégorie 1, 2, 3, 4 et 5).

  • Catégorie 1 : 119 à 153 km/h
  • Catégorie 2 : 154 à 177 km/h
  • Catégorie 3 : 178 à 209 km/h
  • Catégorie 4 : 210 à 249 km/h
  • Catégorie 5 : plus de 249 km/h

cyclone menaçant les constructions en Guadeloupe, Martinique et à la Réunion

 

Aujourd’hui, les scientifiques sont capables de surveiller la formation des cyclones et de prévenir les habitants. Il leur donne à chacun des cyclone un petit nom : Irma, Maria etc…

  • En ce qui concerne la période cyclonique en Guadeloupe, Martinique et la Réunion

Ouragans pour les météorologistes, appelés aussi hurricanes en anglais, les cyclones ne sont pas rares dans les caraïbes, notamment entre juillet et octobre. Le phénomène cyclonique se manifeste suite à une simple zone de baisse pression.

Caractérisés par un climat tropical et deux saisons (une saison sèche et une saison humide), la Guadeloupe, la Martinique et la réunion font souvent face à des cyclones. Selon Météo France, cette zone a subi 15 tempêtes dont 8 ouragans majeures en 2018.

La période cyclonique sur le bassin « Atlantique Nord / Caraïbes / Golfe du Mexique » s’étend de mois de juin au mois de novembre. C’est la saison de naissance des dépressions subtropicale (pression atmosphérique inférieure à 1013,25 Hpa).

Pour cette année 2019, la saison cyclonique en Guadeloupe, Martinique a commencé le lundi 20 mai avec la dépression subtropicale « Andrea ». C’est durant les deux mois d’aout et de septembre que le risque des cyclones soit à son maximum.

En ce qui concerne la Réunion la saison cyclonique devrait s’étendre du 15 novembre 2019 au 30 avril 2020.

Le cyclone est un phénomène climatique extrêmement violent. Durant la période cyclonique, de nombreux hôtels et restaurants ferment leurs portes. De plus, il est nécessaire de vérifier les risques des cyclones avant d’organiser son voyage touristique aux Antilles.

  • Les mesures prises pour faire face aux cyclones

Pour minimiser et éviter les dégâts causés par les cyclones, des maisons para-cycloniques ont été bâties. L’objectif consiste à renforcer la résistance des bâtiments et à réduire les effets des vents violents.

Le renforcement des maisons permet d’éviter et de minimiser les dégâts (murs fissurés, toitures arrachées, fenêtres brisées…).

Les tempêtes tropicales et les ouragans sont des manifestations cycloniques.

Au cours des quatre derniers siècles, les Antilles françaises ont été frappées par 112 ouragans. Les ouragan Katrina en 2005, Haiyan en 2013 et Irma et 2017 ont causé des dégâts considérables.

C’est pour cette raison que la construction des bâtiments en Guadeloupe doit correspondre à certaines règles anticycloniques selon la législation en vigueur aux Antilles.

Les nouveaux bâtiments sont caractérisés par une solidité plus élevée afin de résister à des vents violents (de 120 Km/h à 250Km/h).

Ouragan catégorie 4

Les normes de construction para cyclonique ont évoluées ces dernières années. La conception des nouvelles maisons anticycloniques aux Antilles et à la Réunion implique l’introduction de la prise au vent, de l’ancrage au sol et du contreventement.

  • Des constructions de plus en plus résistantes :

  • Le choix de l’emplacement :

Le choix de l’emplacement est déterminant. La construction ne doit pas être située en bordure du littoral, dans un cours d’eau ou dans une zone souvent exposée aux vents.

  • Le choix des structures :

Il est nécessaire d’installer des volets para cycloniques d’au moins 6 cm d’épaisseur et de solidariser les poutres en les liant aux murs par des bandes métalliques. 

  • Les dispositions constructibles para -cycloniques :

  • La pente du toit :

la pente du toit permet d’assurer la résistance contre les forces de soulèvement et d’arrachement. Le toit doit être à quatre pentes avec une inclinaison de 30 degrés.

  • La toiture :

la tôle ondulée utilisée comme couverture doit être accompagnée d’une fixation à l’aide de vis et d’un ancrage toutes les trois ondes.

  • Renforcement des portes et des fenêtres :

Les ouvertures doivent être protégées par des systèmes de volets para cycloniques.

  • Le contreventement :

Il s’agit de l’agencement des pièces de la construction pour améliorer la stabilité et pour éviter des déformations dues aux vents.

Les normes de construction para cycloniques assurent une résistance maximale des bâtiments. Le non respects de ces normes expose les propriétaires à des sanctions pénales.

  • Préventions sur les bâtiments existants :

L’entretien régulier des bâtiments consiste à :

  • Vérifier l’état de la toiture suite à une tempête ou à un cyclone
  • Nettoyer les descentes pluviales, les regards d’évacuation, les regards de drain, les ravines proches et les gouttières
  • Vérifier l’étanchéité des orifices d’écoulement et des joints de fermetures.

Toutes ces mesures, ces normes et ces règles de constructions en Guadeloupe, au Martinique et à la Réunion permettent d’éviter les désastres irréversibles.

 

Obtenez vos Devis Gratuits

 

Partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *